Les JEMM

30/05/2018

p10-11_1

Rencontres 2018 des “Jeunes Entrepreneurs Monsieur Meuble”

Ils sont l’avenir de l’enseigne Monsieur Meuble. Ils sont 28. Ils ont moins de 40 ans pour la plupart. Et ils se réunissent entre eux régulièrement, aux côtés des commerciaux et dirigeants de leur groupement, l’UCEM. On les appelle les “JEMM” (pour : “Jeunes Entrepreneurs Monsieur Meuble”). Nous les avons accompagnés lors de leur dernier séminaire. Vent de fraîcheur sur le meuble.

Gemme. Substantif féminin, du latin gemma, signifiant “pierre précieuse”. Parole de
dictionnaire… Les dictionnaires ne disent rien, en revanche, des “JEMM” (prononcez “jème”). Et pourtant.
Et pourtant les JEMM (“Jeunes Entrepreneurs Monsieur Meuble”) de l’UCEM sont bel et bien des “pierres précieuses” ; trésors de renouveau, de dynamisme et d’innovation pour l’enseigne du groupement coopératif leader des généralistes de l’ameublement en France. Tant et si bien que les dirigeants de “l’Union commerciale pour l’équipement mobilier” (également propriétaire des enseignes Meublena et Crozatier), bien conscients de la richesse incarnée par ces JEMM, leur organisent régulièrement, et ce depuis plusieurs années, un séminaire qui leur est spécifiquement dédié. Eux, ce sont 28 dirigeants ou codirigeants (selon les parcours de chacun), âgés de moins de 40 ans (certains on franchi cette barre, mais de si peu…), pour un total de 35 magasins, soit un petit tiers du réseau Monsieur Meuble. Après les Sables-d’Olonne (85) en 2017, avec pour principal centre d’intérêt le magasin “modèle” de la famille Chaillot à Château-d’Olonne, les JEMM (25 magasins représentés sur cette édition) ce sont cette année retrouvés à Munich, en Allemagne, les 26, 27 et 28 mars derniers. Dans la commune de Taufkirchen plus exactement (en tous cas pour les deux premiers jours), à une soixantaine de kilomètres de la capitale bavaroise, dans les locaux du fabricant allemand de canapés et de fauteuils “relax”, Himolla.
En effet, amoureux du “produit” au sens large, plusieurs jeunes entrepreneurs avaient, en 2017, émis le souhait de pouvoir visiter « un fournisseur important ». Au programme, sous la houlette bienveillante de Patrick Grassy, directeur des ventes France et de Lionel David, responsable formation de la marque, outre une soirée conviviale du lundi, munichoise et médiévale : une visite complète de l’usine Himolla (photo ci-contre), pour mieux appréhender chaque étape de la fabrication d’un meuble rembourré et une présentation détaillée des collections de la marque, mises en scène au sein d’un showroom toujours impressionnant, qui n’aura pas manqué de faire réagir les jeunes entrepreneurs. Le séminaire se terminera par une séance de travail autour des ratios “exploitation” du réseau Monsieur Meuble (session éminemment stratégique, à laquelle nous n’étions logiquement pas conviés) et par une intervention du conférencier spécialiste des techniques de vente et de la motivation, Michaël Aguilar. C’est finalement lors de la réunion du premier jour de ce séminaire (le lundi 26 mars), qu’on pouvait vraiment toucher du doigt ce qui fait la richesse intrinsèque de ces rencontres de jeunes entrepreneurs, événement inédit dans le paysage pourtant multiple des groupements français de revendeurs en ameublement. Animée par Nicolas Durox (directeur commercial), Christophe Kuntschmann (directeur expansion), Katiana Morata (directrice marketing et communication) et un représentant de l’agence Havas Paris, eux-mêmes appuyés par Christophe Galvaudant (vice-président de l’UCEM) et la quasi totalité des équipes commerciales de la centrale, elle consistera à traiter les thèmes suivants : “Commerce – Les facteurs clés de succès d’un magasin Monsieur Meuble” ; “Management – Maximiser les résultats de ses collaborateurs par un management efficace” ; “Communication – Optimiser son budget communication local + Échanges de bonnes pratiques”.

 

« Un événement inédit dans le paysage pourtant multiple des groupements français de revendeurs en ameublement. »

Parfois dissipés, souvent espiègles, toujours en éveil, dans ce cadre volontairement restreint (qui tend à cultiver “l’esprit de famille” cher aux dirigeants de l’UCEM), les JEMM apparaissent surtout comme des dirigeants travailleurs, impliqués et enthousiastes. Rien d’étonnant d’ailleurs, au vu de cette “alchimie” rafraîchissante, que Martine Llobet, présidente de l’UCEM, qui n’aura pas pu participer à ce séminaire, ait quand même voulu y faire lire un message à l’intention de ces jeunes, dans lequel elle leur dira notamment que « vous êtes l’avenir de Monsieur Meuble ! » Et d’ajouter : « Que l’enseignement et la convivialité de cette rencontre vous motivent à croire, tout comme moi, à l’implication, à la solidarité et à la force d’un groupe, quand il est guidé à la fois par la recherche de performance et le souci d’humanité, par la volonté d’entreprendre et le respect de chacun. Portez fièrement ces valeurs. »

Invités à écouter les intervenants tout autant qu’à échanger entre eux, nos “quadras” identifieront ainsi quatre principaux “facteurs clés de réussite” (l’application du concept, la capacité à faire progresser ses équipes, la performance commerciale et le respect des ratios). Ils se remémoreront la toujours très actuelle règle de vente dites “des 4C” (contact, connaître, convaincre, conclure).
Ils se rappelleront aussi que, loin du management hiérarchique ou participatif des années 70 puis 80, il leur faut désormais assimiler les arcanes d’un management dit “social” (qui doit intégrer une dimension non seulement humaine, mais aussi “sociale”, justement). En matière de management toujours, une citation recueillera un franc succès : « L’exemplarité n’est pas le meilleur moyen de diriger les hommes. Elle est le seul. »

À l’issue de quatre petits groupes de travail ultra productifs enfin, ils mettront ensemble en exergue un certain nombre d’initiatives, éprouvées avec succès par certains d’entre eux, pour créer l’évènement et communiquer de façon différenciante sur leurs zones de chalandise respectives. Une richesse collective bluffante, dont il ressortira
que les réseaux sociaux et les opérations du type “coaching déco” s’avèrent désormais quasi incontournables, à la fois pour se faire connaître, soigner son image et créer du trafic en magasin. Fort de cela d’ailleurs, dès le lendemain de ces rencontres 2018, le groupement a mis sur pied un groupe de discussion WhatsApp spécifique, histoire d’échanger les bonnes pratiques des uns et des autres en temps réel, via la célèbre application de messagerie instantanée. On est de son temps ou on ne l’est pas…
On peut vous faire une confidence ? Chez Market, les JEMM, on aime.

• Olivier Harmange

> Télécharger le communiqué de presse